Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog


Le Havre - Normandie - France

06 87 39 89 03


solutoblog@free.fr

Recherche


 

 

 

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

Glaces sans tain disponible ici

 

Le Dilettante

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

 

  Vies à la ligne disponible ici 

 

21 décembre 2006 4 21 /12 /décembre /2006 23:22





Poste à essence, vingt-trois heures, mauvais jus, long, non sucré, un euro cinquante. Deux essais. Le premier j'assiste, impuissant, au filet baveux qui s'écoule sur le flanc du gobelet qui s'est installé de traviole... En voulant le redresser je me brûle les doigts. A la caisse la fille ne discute pas et me suit sans un mot. Elle ouvre la bécane, recale les gobelets, met elle-même les deux pièces. Cette fois ça coule droit, ça crépite même un peu. C'est brun, c'est jaune, c'est crémeux.
Je siffle ce truc, qu'on ne peut décemment pas appeler un café, en regardant par la baie vitrée les voitures qui passent au loin sur l'autoroute. On est en décembre, Noël approche, je n'ai encore rien acheté pour gâter ceux qui me sont proches... J'écrase le gobelet doucement en faisant attention au craquement qu'il produit.  En retournant à la voiture je vois la douane sur le parking. Je n'ai rien à cacher mais je ne voudrais pas qu'ils fouillent la voiture, enfin pas ce soir... Non, surtout pas ce soir...


Repost 0
Published by Soluto - dans Textes divers...
commenter cet article
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 23:12





Couloir, lavabo, tu voudrais que ça débouche sur quoi?

Ce soir je me souviens du "Play Blessures"
De la mansarde rue Jean-Jacques Rousseau
Du cosy-corner, du couvre-lit chenille jaune,
Des craven A  et des Gitanes fumées à la fenêtre
D'une paire de bottes Go-West à talons hauts
Des dessins de Jean Solé et de Gotlib dans Pilote,
De l'odeur du linoléum de la salle d'eau
De la première lecture de Pierrot mon ami
Et aussi de celles des Ritals et des Russkoff
De mon magnétophone à cassettes Telefunken en formica

Ce soir je m'autorise à penser au  "Play Blessures"
 car ma journée a été infiniment douce...




Repost 0
Published by Soluto - dans Textes divers...
commenter cet article
12 décembre 2006 2 12 /12 /décembre /2006 10:32




Certes, Jeannot l'a peint (le corps christique...) Euh pardon...

Des fois, je suis vache (hélas)... Voici ce que j'écrivais à une amie il y a quelques mois à propos de Jean Rustin... Je pense toujours la même chose. Pourtant il est évident qu'il est l'un des plus grands...

    J’ai beaucoup aimé Rustin. Je connais ce travail depuis très longtemps… Maintenant mon intérêt n’est plus aussi vif. Je n’ai rien contre l’obscène s’il est fondé, chez Rustin il est devenu systématique… il est à l’opposé du porno chic. Il en montre l’image inversée. Sa notoriété n’a pas joué en sa faveur. En surexposant cette œuvre, en la démultipliant, elle s’est banalisée pour finalement perdre sa charge subversive. Je préférais le temps où je le rangeais secrètement aux côtés de Molinier ou de Trouille, quand il était difficile d’en parler, quand l’évoquer supposait un effort… Maintenant il me semble que c’est fabriqué pour épater le bourgeois… Dans les années 80, ses toiles aux variations infinies provoquaient de la confusion, du trouble, de la hargne. Maintenant elles s’installent dans la répétition.

C’est une œuvre chronicisée, qui se ressasse, se vide. Vous me direz qu’il reste la peinture, magistrale mais sans surprise. Manet en peignant ses dernières fleurs (je parle de Manet car parfois l’on compare sa peinture à la sienne… faut pas être tout à fait au point…mais qu’importe…)  a su rester vif et foudroyant. Picasso, jusqu’au bout, s’est regardé en face (les derniers autoportraits dessinés, sublimes…) Le vieux Rustin, lui, n’est plus obsédé, ou obsédant, il est devenu obsessionnel… Dommage…

Repost 0
Published by Soluto - dans Textes divers...
commenter cet article