Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog


Le Havre - Normandie - France

06 87 39 89 03


solutoblog@free.fr

Recherche


 

 

 

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

Glaces sans tain disponible ici

 

Le Dilettante

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

 

  Vies à la ligne disponible ici 

 

19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 13:35

 

 













 


 

 

 

C'est rue de la Crique que j'ai fait mes classes

Au Havre dans un bar tenu par Chloé

C'est à Tampico qu'au fond d'une impasse

J'ai trouvé un sens à ma destinée

On dit que l'argent est bien inodore

Le pétrole est là pour vous démentir

Car à Tampico quand ça s'évapore

Le passé revient qui vous fait vomir

 

C'est là qu'j'ai laissé mes joues innocentes

Oui à Tampico je m'suis défleurie

Je n'étais alors qu'une adolescente

Beaucoup trop sensible à des tas d'profits

Les combinaisons n'sont pas toujours bonnes

Comme une vraie souris j'ai fait des dollars

Dans ce sale pays où l'air empoisonne

La marijuana vous fout le cafard

 

On m'encourageait j'en voyais de drôles

Je vidais mon verre en fermant les yeux

Quand j'avais fait l'plein je voyais l'pactole

Et les connaisseurs trouvaient ça curieux

Une fille de vingt ans c'est pour la romance

Et mes agréments semblaient éternels

Mais par ci par là quelques dissonances

En ont mis un coup dans mon arc-en-ciel

 

C'est là qu'j'ai laissé derrière les bouteilles

Le très petit lot de mes p'tites vertus

Un damné matelot qui n'aimait qu'l'oseille

M'en a tant fait voir que j'me r'connais plus

Oui il m'a fait voir le ciel du Mexique

Et m'a balancée par un beau printemps

Parmi les cactus dans l'décor classique

Où l'soleil vous tue comme à bout portant

 

Un coq shangaïé un soir de folie

A pris mon avenir de même qu'un cadeau

Il m'a dit "Petite il faut qu'on s'marie

Tu seras la fleur d'un joli bistrot"

De tels boniments démolissent une femme

Je m'voyais déjà derrière mon comptoir

Les flics de couleur me disaient "Madame!"

Bref je gambergeais du matin au soir

 

Mon Dieu ramenez-moi dans ma belle enfance

Quartier Saint-François au Bassin du Roi

Mon Dieu rendez-moi un peu d'innocence

Et l'odeur des quais quand il faisait froid

Faites-moi revoir les Neiges exquises

La pluie sur Sanvic qui luit sur les toits

La ronde des gosses autour de l'église

Mon premier baiser sur les chevaux d'bois







P.M. Orlan











Repost 0
Published by Soluto - dans De Chine...
commenter cet article
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 11:38

 

 













 






 




Mission accomplie...



(private joke pour MP dite "bonne canassonne" dont l'indéfectible soutien au mauvais cheval, même dans le noir, vaut plus que tout...)







Repost 0
Published by Soluto - dans De Chine...
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 00:47

 

 













 
















Repost 0
Published by Soluto - dans De Chine...
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 12:33
















 

 

 

 

 

Alors la grande école ? On lui avait promis la grande aventure. Sa mère l’avait habillé de neuf, il avait (enfin) un cartable, des crayons et un stylo dans une trousse, un carnet à spirale. Tout ça sentait bon. L’impatience le gagnait, Il avait envie d’essayer ce beau matériel, il voulait passer aux choses sérieuses et surtout tout savoir sur tout. A la maison on en parlait beaucoup. Ses parents lui passaient sans cesse la bande annonce de ce qu'il allait faire et  voir là-bas.  Ça ressemblait à une superproduction. Des tonnes de bouquins, des cahiers avec des petites lignes, des leçons à apprendre, des devoirs à faire, peut-être des ordinateurs. Il allait savoir pour de bon ce que voulait dire l’expression « travailler à l’école ». Il en avait l’eau à la bouche. Il était prêt à en découdre pour pénétrer le mystère de la Connaissance. Psychologiquement il était mûr pour affronter les inévitables difficultés qui allaient surgir. Comme disait son père, il avait la niaque ! Il était grand temps de le dégourdir...

 

 

 

 

 















  

Et ça, c'est un vieux dessin au bic quat' couleurs (2004? 2005? En tout cas, c'était parmi mes premiers dessins Soluto...) retrouvé dans un carnet qui va retrouver son étagère après quelques scans...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Soluto - dans De Chine...
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 11:17

 

 













 



 

 

 L'excellent Mitchul a fait un article sur mon travail et sur le livre Vies à la ligne que je vous invite à retrouver ici ou en cliquant sur la vignette ci-dessous...







 
















Repost 0
Published by Soluto - dans De Chine...
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 19:46












 

 

 


 

 


Repost 0
Published by Soluto - dans De Chine...
commenter cet article
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 12:19




















 

 

 

 

 

 

Voici un beau tango-duo.
C'est une histoire assez malheureuse entre Lui et Elle.
Parce que Lui il est frivole, et Elle, Elle s'en était bien aperçue qu'il était frivole.
Mais, comme lui, au fond, Il est malheureux d'êtr' frivole, Il veut lui expliquer;
Mais Elle, ell' comprend pas parce qu'elle est sourde. Alors elle lui dit toujours :
"Qu'est-ce que tu dis ?"
Et c'est pour ça qu'c'est difficile car il faut que je fasse à la fois la voix de Lui et la voix d'Elle...
Mais j'vais le faire quand même parce que quand on est artiste, il faut faire tous les genres...

J'ai vu tes yeux de braise
Au pied d'une meule de foin.
Tu revenais des fraises
Et moi d'l'herbe aux lapins.
Je t'ai dis "il fait chaud".
Tu m'répondis "Pour sûr".
Tu m'en avais dit trop.
Ça m'a fait une morsure.

Pour sûr
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
J't'ai pas offert de fleurs,
Pour sûr
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
Mais j't'ai montré mon coeur.
Tu l'as pris dans tes p'tites mains légères
Comme un p'tit papillon de Bruyère,
Pour sûr.
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
Tu l'as pris sans chercher,
Pour sûr.
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
Tu l'as vite déniché.
C'est vrai que toi tu l'savais bien
Que mon coeur, j'l'avais sur la main.

Mais comme je suis frivole,
J'ai un coeur d'artichaud.
Sous la brise il s'envole.
Je sais que c'n'est pas beau.
Les feuilles, une à une,
En les voyant tomber,
Pour comble d'infortune
Tu m'les as piétinées.

Pour sûr
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
Que mon coeur est en deuil.
Pour sûr,
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
J'ai pleuré sur mes feuilles.
J'n'y peux rien, j'ai l'âme trop généreuse
Et un coeur pour les familles nombreuses.
Pour sûr,
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
C'était clair comme du verre.
Pour sûr,
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
Fallait voir à travers. T'es sourde ?
Mais toi tu m'as tout piétiné.
Tu m'en as fait du verre pilé.

Toute ma raison s'égare.
J'enfante la douleur.
Quelle sensation bizarre,
Quand on a plus de coeur.
Ça me fait un grand vide
Et de mes deux beaux seins,
Je n'ai plus qu'un saint Placide
Et une marque à sein.

Pour sûr,
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
C'est l'histoire de mon coeur,
Pour sûr,
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
Qui finit dans l'malheur.
Notre amour est une barque en détresse.
Va falloir lancer le S.O.S.
Pour sûr,
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
Il fallait qu'ça arrive.
Pour sûr,
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
Je vais à la dérive.
Adieu la vie et l'aventure

(Parlé:) Oui mais heureusement... que Fluctuat nec mergitur aussi
Elle: Qu'est-ce que tu dis ?
Toi... si tu me r'dis "Qu'est-ce que tu dis ?"... J'vais finir par te l'dire... Tu vas voir...

 

 

Pour sûr interprété par Bourvil

 

 

 

 

 


 

 

 


 

Repost 0
Published by Soluto - dans De Chine...
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 20:08
























 

(Pom, pom, pom... Allez vite, qu'on attaque la nouvelle!)

 

 

 

 

Trop belle année à vous

 


 

(comme m'a dit Renan, le fils de ma boulangère...)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Soluto - dans De Chine...
commenter cet article
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 15:13




















 

 

 

 

«Ce serait un moindre mal de mourir si l’on pouvait tenir pour assuré qu’on a du moins vécu.»
[Clément Rosset] - Le Réel et son double

 

 


 

Des fois j’en cause avec mon gars, qui me regarde alors avec des yeux ronds… Pour lui, pas de problème, la réalité du monde, il en est la preuve vivante… Moi, je suis plus dubitatif… Qu’on vienne me prouver que j’existe ! Que tout ce qui parait être n’est pas que la mise en scène d’un faux cerveau déréglé qui s’invente en continu (Et c’est pas René Desbrèmes qui pourrait oser me dire le contraire ! Il serait culotté !  Parce que sa soluce, à lui, son dieu organisateur qui vient boucher le grand trou vacant et sa preuve ontologique à deux balles, elle me parait un tantinet artificielle, si j’peux m’permettre !…)… Parfois, quand elle fait ses comptes-rendus, j’enquiquine Moly avec mes interrogations rigolardes (car tout ça ne me rend pas triste… Au contraire !... Manquerait plus que ça, de n’être pas et de se prendre au sérieux…) Elle essaie alors de me faire taire en sous-entendant que je me fais du mal (tu parles…) Mais j’insiste en espérant la troubler un peu (je ne prends pas de gros risques, elle est du lot des bienheureux qui ne doutent de rien et qui se déplacent dans un monde de certitudes…) Je suis comme ça…

Taquin et content de moi…

 

Pourquoi me lancé-je sur mon grand sujet secret et vous en entretiens-je ? Parce que c’est la fin de l’année, que ça me travaille la substance en délicatesse et que j’aime bien, en guise de cadeaux, partager mes questions…

 

Et en plus, pas vache, comme le sujet de mon post est épineux,  vous êtes dispensés du ménage et des commentaires (laissez seulement les clés dans la boite en partant et venez me claquer un bécot sur facebook… ça suffira comme ça)!

 

 

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by Soluto - dans De Chine...
commenter cet article
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 12:33















 

Ikutabi mo yuki no fukasa o tazunekeri

 

 

 

 

 

(Combien de fois Ne me suis-je interrogé Sur l'épaisseur de la neige dehors)

 

 

 

 

 

 

 

 

Shiki MASAOKA (1867-1902)

 

 


 

 


Repost 0
Published by Soluto - dans De Chine...
commenter cet article