Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le Havre - Normandie - France

06 87 39 89 03


solutoblog@free.fr

Recherche


 

 

 

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

Glaces sans tain disponible ici

 

Le Dilettante

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

 

  Vies à la ligne disponible ici 

 

6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 08:59

 

 













 













Tu t'en iras les pieds devant


Tu t'en iras les pieds devant,
Ainsi que tout ceux de ta race,
Grand homme qu'un souffle terrasse.
Comme le pauvre fou qui passe,
Et sous la lune va rêvant,
De beauté, de gloire éternelle,
Du ciel cherché dans les prunelles,
Au rythme pur des villanelles,
Tu t'en iras les pieds devant.

Tu t'en iras les pieds devant,
Duchesse aux titres authentiques,
Catin qui cherches les pratiques,
Orpheline au navrant cantique.
Vous aurez même abri du vent,
Sous la neige, en la terre grise,
Même blason, même chemise,
Console toi fille soumise,
Tu t'en iras les pieds devant.

Tu t'en iras les pieds devant,
Oh toi qui mens quand tu te signes,
Maîtresse qui liras ces lignes,
En buvant le vin de mes vignes,
A la santé d'un autre amant,
Brune ou blonde, être dont la grâce,
Sourit comme un masque grimace,
Voici la camarde qui passe.
Tu t'en iras les pieds devant.

Tu t'en iras les pieds devant,
Grave docteur qui me dissèques,
Prêtre qui chantes mes obsèques.
Bourgeois, prince des hypothèques,
Riche ou pauvre, ignorant, savant,
Camarade au grand phalanstère,
Vers la justice égalitaire,
Nous aurons tous six pieds de terre.
Tu t'en iras les pieds devant.

 

 

 

 




Maurice Boukay (1866-1931)










Il arrive parfois qu'une même idée, qu'une même envie donnent quelques dessins qui se ressemblent. On ne s'étonnera pas de trouver des similitudes entre celui-ci et celui de l'avant dernier post...




 







Partager cet article

Repost 0
Published by Soluto - dans soluto
commenter cet article

commentaires

cécile 13/10/2011 11:52



"Son charme est indéboulonnable mais on s'applique à la maltraiter..." je veux bien te croire ! vu les nouvelles récentes pas jouasses mais qui s'arrangent que j'aie
de là-bas depuis 10 jours ....... très havrais tout ça. mais sous la carapace, le punk et le tash, de l'amour toujours. :-)


"On voudrait tant, en haut lieu, qu'elle soit vitrine et lumière! je la préférais rouge et mal éclairée. " Ceux de là-bas que je
connais en gardent aussi la nostalgie  et un bon souvenir ... le havre petite Deauville. ach ... quoique comme les Chinois rachètent, ça va peut-être prendre encore une autre tournure
c't'affaire.


faudrait d'ailleurs qu"on se programme un petit WE là-bas avec mon cher et tendre. on nous réclame !


je ne t'embête pas plus longtemps. mais très sympa cette toute petite discussion en coup de vent. à  tout bientôt.



Cécile 12/10/2011 14:33



merci. j'ai laissé un mot chez Arts factory qui les suit et les expose.


au fait, on te verra dans le prochain Kaurismaki ? L'esthétique et l'ambiance du Havre ont la côte : la fée de ce couple belge très décalé qui a signé l'Iceberg et Rumba, Kaurismaki
maintenant. je pense aller voir ces films. les regards sur cette ville m'intéressent. et Kaurismaki ... j'aime !!



Soluto 13/10/2011 11:18



> Non, malgré la rumeur (dites donc, vous, vous êtes souvent vachement bien renseignée sur mon compte. Que des fois, même, ça me fiche la trouillle!) on ne m'y
verra pas... Je présume qu'Aki s'est ravisé et qu'il n'a pas osé me déranger. Ou alors la négociation avec mon agent se sera mal passée et l'on n'aura pas voulu me faire de
peine...  Que voulez-vous Cécile, ceux qui me prêtent à hauteur de ce que je vaux savaient bien que je n'y avais pas ma place...


Le Havre est une ville mouillée et sentimentale.  Mais elle bombe le torse depuis qu'on l'a classée. Elle veut son stade et son tramway et elle a plu à Frank
Dubosc (ne l'oublions jamais!)... Ne la fantasmez pas plus qu'elle ne le mérite. Son charme est indéboulonnable mais on s'applique à la maltraiter... On voudrait tant, en haut lieu, qu'elle soit
vitrine et lumière! je la préférais rouge et mal éclairée. Je veux qu'elle reste dans mon coeur comme un feulement de Little Bob ou un cri des City Kids, à Franklin, au début des années
80...



Cécile 10/10/2011 12:23



ah d'accorrrrd. j'avais tout misunderstandé. je vais tenté de lui faire part de mon avis autrement ...


et ... manifestement, c'est assez bien vu pour gaieté / mort dans une seule phrase. un de mes amis a un jour commenté une photo qu'il avait prise de moi ainsi : "j'aime car c'est tout toi :
imprévisible : on ne sait si tu vas éclater de ton rire joyeux ou bien en sanglots." (ce qui m'avait laissée le menton dans la main longtemps, longtemps. très songeuse ...)


à bientôt, promis.



Soluto 12/10/2011 10:32



> J'ai transmis, Cécile, et Loulou est passé sur ces pages... Il m'a dit avoir été touché par votre commentaire... à Bientôt!



Cécile 10/10/2011 11:42



Très gai alors que je n'étais pas passée par ici depuis longtemps. cela me fait songer à la mort, aux IRM, à des siestes, à Bernanos, à des moments de méditations ou de réflexions personnelles
mais un peu préoccupées et rigides.


Mais j'en viens au fait : Soluto (excuse-moi de t'utiliser mais ...) merci de dire de ma part MERCI et BRAVO à ton copain Loulou PICASSO. Sa Révolution triste est magnifique. J'ai appris sa
sortie vendredi. L'ai offerte dès samedi à mon cher et tendre. L'ai regardée de près et de loin chez moi, dimanche. sans me lasser. le coeur gonflé. remuée. Intranquille. beau travail
artistique. une splendeur.



Soluto 10/10/2011 12:14



> Chère Cécile...La gaité et la mort rassemblées dans un même paragraphe... Mais oui! c'est bien vous! je vous reconnais...


Mais venons-en au fait (comme vous dites...) Loulou Picasso, grand artiste je le concède et que je suis depuis plus de trente ans, n'est qu'un "ami
Facebook"... Si vous connaissiez mieux le réseau vous sauriez que ce n'est qu'une vague expression qui ne recouvre aucune réalité affective. L'on est "ami" parce qu'on s'estime, qu'on a l'envie
de savoir l'actualité de certains... Bref je ne voudrais pas qu'on croit ici que je suis un proche de Loulou Picasso... Cette proximité me flatterait, je le concède, mais elle est mensongère.
Néanmoins, comme il m'est possible de le contacter, je lui ferai part de votre enthousiasme... Bien à vous Cécile et revenez plus souvent...



V. 09/10/2011 23:59



On ne s'étonnera pas (je précise donc) de la continuité d'un travail engagé auparavant et qui décortique le sujet jusqu'à l'épuisement. Mais on s'étonnera, dans le sens du coup de tonnerre, de ce
rejet évident de la facilité. Cher Soluto, j'apprécie votre hospitalité. Bien à vous.



Soluto 10/10/2011 00:52



> Oh, mais moi je prends tout! Le nec et le convenu! et si vous cherchiez mieux vous en trouveriez sans doute dans mes pages, de ces facilités ! Fichtre, avec mon
fichu caractère, j'en vois partout chez les autres, il serait bien étonnant que j'y échappe... J'essaie juste de leur tordre le kiki quand elles se font insistantes. Mais certaines sont
insidieuses et ne se montrent qu'après publication... Saletés... Merci V. d'être revenue si vite!