Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le Havre - Normandie - France

06 87 39 89 03


solutoblog@free.fr

Recherche


 

 

 

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

Glaces sans tain disponible ici

 

Le Dilettante

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

 

  Vies à la ligne disponible ici 

 

28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 12:49







 

 

 




Soluto croquis portrait ecriture peinture dessin

 

 

 

 

 

 

Crayon et mise en couleur numérique

 

 

...

 

 

Ô jour qui meurs à songer d'elle
Un songe sans raison,
Entre les plis du noir gazon
Et la rouge asphodèle ;

N'est-ce pas, aux feux du plaisir
Inclinée et rebelle,
Elle encor, mais cent fois plus belle,
Et de flamme à saisir ?

... là-bas monte la voix dernière
D'un bouvier sous les cieux.
On n'entend plus que ses essieux
Qui grincent dans l'ornière.

 

 

 

Paul-Jean Toulet

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Soluto - dans soluto
commenter cet article

commentaires

le chêne parlant 29/12/2013 09:17


Poésie et langueur de traits, cher Soluto.


 


Merci.


Meilleurs voeux à vous. 

Soluto 29/12/2013 12:11



> Que voulez-vous, Chêne, les fins d'années éteignent mon humeur. L'agitation générale, cet enthousiasme de façade (car dans l'intimité beaucoup avouent leur
dégoût pour cette période) me poussent au repli. Quelques traits concentrés sur une page de carnet — comme si je ne pouvais plus vivre que là en attendant "que ça passe" — m'ont ramené à Toulet.
Voyez, mon esprit trouve sans effort les moyens de me venger d'un monde qui souvent me reste étranger...


Le meilleur pour vous. Je ne manque jamais de passer par votre formidable blog...



Celestine 28/12/2013 17:42


Votre billet entre en résonnance avec le mien aujourd'hui.


Toujours beaucoup de talent , Monsieur. Et mêlé aux mots de Toulet, votre dessin n'est que passion.


Bien à vous

Soluto 29/12/2013 11:55



> Chère Célestine, je me suis souvenu, ce portrait comme un souvenir tremblé une fois achevé, de la poésie de Toulet... Les plis du noir gazon?
Le rouge de l'asphodèle? Ou la flamme à saisir, peut-être... Il m'a semblé que le texte et ce dessin se confondaient dans une même palette. Merci de votre passage, d'avoir souligné l'écho avec
votre billet... Au plaisir et belle fin d'année...