Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le Havre - Normandie - France

06 87 39 89 03


solutoblog@free.fr

Recherche


 

 

 

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

Glaces sans tain disponible ici

 

Le Dilettante

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

 

  Vies à la ligne disponible ici 

 

15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 23:38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Soluto peinture dessin Jean Roger Caussimon

 





Acrylique sur toile                     50 cm x 50 cm                      2012


 


 


















 

 

 

 

 

 

 

 




Soluto peinture dessin Jean Roger Caussimon

 
Détail







 


 


















 

 

 

 

 

 

 

 




Soluto peinture dessin Jean Roger Caussimon

 

Détail (peau de peinture)












 


 


C'était vraiment un employé modèle
Monsieur William
Toujours exact et toujours plein de zèle
Monsieur William
Il arriva jusqu'à la quarantaine
Sans fredaine
Sans le moindre petit drame...
Mais un beau soir du mois d'août
Il faisait si bon, il faisait si doux
Que Monsieur William s'en alla
Flâner droit
devant lui
au hasard
et voilà !...

-Monsieur William ! Vous manquez de tenue !
Qu'alliez-vous fair' dans la treizième av'nue ?...

Il a trouvé une fill' bien jeunette
Monsieur William
Il lui a payé un bouquet de violettes
Monsieur William
Il l'a suivie à l'hôtel de la Pègre
Mais un nègre
A voulu prendre la femme...
Monsieur William, hors de lui
Lui a donné des coups de parapluie
Si bien que l'autre, dans le noir
Lui a cou-
pé le cou
en deux coups
de rasoir...

-Monsieur William ! Vous manquez de tenue !
Qu'alliez-vous fair' dans la treizième av'nue ?...

Il a senti que c'est irrémédiable
Monsieur William
Il entendit déjà crier le Diable
-Monsieur William !
Mais ce n'était que le chant monotone
D'un trombone
Chantant la peine des âmes
Un aveugle, en gémissant
Sans le savoir, a marché dans le sang
Et dans la nuit, a disparu...
C'était p't-êtr'
le Destin
qui marchait
dans les rues...

-Monsieur William ! Vous manquez de tenue !
Vous êtes mort... dans la treizième av'nue !...





                                             Jean-Roger Caussimon




(A bientôt pour le bouquet de violettes, la fille un peu jeunette, l'aveugle, le rasoir, la flaque de sang...)



















Partager cet article

Repost 0
Published by Soluto - dans Peinture...
commenter cet article

commentaires

JMT 23/01/2012 14:11


Bonjour,


Certain de l'avoir fait, je me rends compte que je ne vous ai pas complimenté pour vos deux dernières œuvres ! Effets indésirables de mon grand âge, sans doute...


Mention particulière pour votre Monsieur William à trois dimensions : Soluto bien sûr, Caussimon et Philippe Clay.


 


Ami Soluto, votre année débute à merveille, que cela continue pour vous est notre souhait le plus vif. Amitiés.

Soluto 23/01/2012 23:32



>    Et du coup, plutôt deux fois qu'une! Merci cher JMT... Je viens d'écouter la
version de Philippe Clay sur Youtube... Grandiose... Elle suit, dans l'extrait, une autre chanson de Caussimon, que je connaissais par l'interprétation de Jo Privat "La java de la Varenne"...
Bien, bien, bien...(parce qu'en plus, figurez-vous que je suis un fana du piano à bretelles... S'ils ne sont pas très tendance, les musiciens que j'aime, du moins me transportent-ils... Un de ces
quatre nous parlerons de Gus Viseur ou de Tony Murena... Mais je m'égare...


Je vous souhaite une très belle année... Je reste indéfectiblement un lecteur attentif des textes et des poèmes que vous mettez en ligne. Merci à vous, et encore
bravo...



JMT 23/01/2012 14:11


Bonjour,


Certain de l'avoir fait, je me rends compte que je ne vous ai pas complimenté pour vos deux dernières œuvres ! Effets indésirables de mon grand âge, sans doute...


Mention particulière pour votre Monsieur William à trois dimensions : Soluto bien sûr, Caussimon et Philippe Clay.


 


Ami Soluto, votre année débute à merveille, que cela continue pour vous est notre souhait le plus vif. Amitiés.

Soluto 23/01/2012 23:31



> Et du coup, plutôt deux fois qu'une! Merci cher JMT... Je viens d'écouter la version de Philippe Clay sur Youtube... Grandiose... Elle suit,
dans l'extrait, une autre chanson de Caussimon, que je connaissais par l'interprétation de Jo Privat "La java de la Varenne"... Bien, bien, bien...(parce qu'en plus, figurez-vous que je suis un
fana du piano à bretelles... S'ils ne sont pas très tendance, les musiciens que j'aime, du moins me transportent-ils... Un de ces quatre nous parlerons de Gus Viseur ou de Tony Murena... Mais je
m'égare...


Je vous souhaite une très belle année... Je reste indéfectiblement un lecteur attentif des textes et des poèmes que vous mettez en ligne. Merci à vous, et encore
bravo...



Pouchka 22/01/2012 22:04


Beau , très beau ce portrait de monsieur William ; ainsi que le texte qui l'accompagne , Jean Roger Caussimon ... mais oui !!! je l'avais enfoui au fond de ma mémoire .Merci Soluto non seulement
il est très agréable de decouvrir vos oeuvres mais aussi ces textes que vous faites revivre . Bonne année 2012 et surtout bonne inspiration

Soluto 23/01/2012 23:11



> Ah... Merci Pouchka... Ravi de vous retrouver... A vous aussi je souhaite le meilleur pour 2012! C'était un drôle de zig ce Caussimon... Je
crois qu'on lui doit aussi "Le temps du tango" et "Comme à Ostende"... Ces deux chansons sont sublimes, surtout chantées par Ferré, cependant pour le reste, je le trouve un peu trop
montmartrois... Mais quand j'ai fait cette toile, pourtant, impossible de me détacher de l'idée qu'il s'agissait de ce Monsieur William dont je n'avais plus entendu parler depuis la version de la
formidable Ringer... à bientôt Pouchka... Pour la fille un peu jeunette et le bouque que je compte aussi peindret...



Isabelle C. 17/01/2012 20:44


Arrrrhh c'est bien ça !! Il bouge immobile ! Bravo Soluto

Soluto 19/01/2012 11:12



> Merci encore de vos partages réguliers sur le réseau chère Isabelle C. et belle journée à vous...



V. 16/01/2012 12:07


Le mouvement du pinceau sur les fonds et sur la partie de la peau entre le nez et la bouche. Il aurait dû Monsieur William suivre le mouvement du pinceau. 


Nice job Mister Soluto.

Soluto 19/01/2012 11:06



> Comment l'aurait-il pu? La fille bien jeunette ne lui permettait que de suivre obstinément le sien... Son petit pinceau baveux, au maigre manche écaillé (la
touffe tenant difficilement la réserve...) était trop mal dissimulé derrière son bouquet de violettes. Il était aussi bien de finir égorgé en chanson... C'était vraiment un employé modèle...
Merci, chère V. de vos passages attentifs...