Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le Havre - Normandie - France

06 87 39 89 03


solutoblog@free.fr

Recherche


 

 

 

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

Glaces sans tain disponible ici

 

Le Dilettante

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

 

  Vies à la ligne disponible ici 

 

13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 14:16

 

 













 


 

 

 

 


 

Le visage chafouin du gars Larry correspond bien à mon enthousiasme. Je veux dire question retour en Normandie...

 

 

Si j'ai vu de belles choses ici ou là pendant mon périple? C’est rien de le dire... Des merveilles. Des trucs intimes qui ne se partagent pas bien par le web.

 

Si j'en ai vu de drôles? Ah bah oui alors...

Allez, prenons un exemple au hasard. Figurez-vous qu’un gars a réussi à caser au Guggenheim de Bilbao le contenu d'un container rempli de déchets de chantiers… Des plaques ébréchées de placo, des débris de plâtre, des bidons ou des lames de stores tordues... Il a éparpillé tout ça en quelques îlots dans une grande salle magnifique et c'est devenu une œuvre d'art. Fortiche non?

On vous raconte la démarche de l’artiste dans des audiophones sur un ton convaincu.  Du papotage. Ça parle de sculptures éphémères. Il est question de la « recherche de l’auteur ». Entre nous ça cherche plus que ça trouve dans cette salle-là…

Personne parmi les visiteurs en tongs ne moufte…  On tourne autour des petits tas, des monticules, des étalages en se demandant si c’est pas un gag pour la caméra cachée. On est quand même sans illusions parce qu’on en a vu d’autres, ailleurs. On pourrait sourire, mais non. On prend des airs concernés ou des mines profondes. Certains prennent des notes. Sans doute qu’on a la trouille de passer pour d’affreux réactionnaires qui ne comprendraient rien à l’art contemporain.

Des fois, moi, j’ai peur de trop bien comprendre… Je veux dire le réseau, les cooptations, l’intérêt des complices à maintenir l’illusion d’une certaine forme d’intelligence… C’est un petit monde plutôt incestueux, l’art contemporain institutionnel… Il y a de la dégénérescence. Je trouve que les derniers poulots ont l’air taré. Faudrait pouvoir voir les caryotypes avant de se prononcer définitivement…

Passons, on connaît tout ça… D’autres savent mieux que moi tailler les costards et ne sont pas plus entendus.

 

Je sens des futés, derrière leurs écrans, qui se demandent pourquoi je persiste à aller me faire du mal dans des endroits pareils…  C’est parce que, parfois, on y trouve quand même de belles choses (un commissaire d’exposition ou un conservateur  n’est jamais à l’abri d’un acte manqué !)

C’est aussi parce que ça renforce mon intérêt pour les sans-noms, talentueux ou pas, les besogneux et les tâcherons de la peinture qui font des travaux sensas ou consternants, les humbles artistes qui accrochent peu, ou mal, et qui bossent dans leur coin sans le soutien de personne.

Hé ! Oh ! ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Je sais que le gros de cette troupe est aussi composé de gros nuls. Je ne chante pas le contraire ! Je dis juste qu’on n’est pas obligé de venir avec son bagage de morgue pour y faire son marché et qu’ils ne vous payent pas de mots… Ce n’est déjà pas si mal.


La prochaine fois je serai moins bavard…

Je compte sur un retour à l’atelier pour calmer certaines de mes passagères aigreurs…

 

 







Partager cet article

Repost 0
Published by Soluto - dans De Chine...
commenter cet article

commentaires

zephir 17/05/2012 21:26


Voilà qui est bien dit !

Soluto 25/05/2012 22:38



> Merci Zéphir!



Klaudandreson 14/08/2011 22:29



Et dire que vous étiez en vacances ! Faudrait pas nous revenir aigri pour de bon quand même. Surtout que des chantiers, il y en aussi par
chez nous.


Mon anecdote de vacances vous amusera peut-être. J’ai récemment fait un tour à Rome où, dans un des couloirs qui menait à la Chapelle
16 ; pour tuer le temps qui se faisait long à jouer du coude aux milieu d’atrocités  baroques, j’ai pris un extincteur en photo. C’était un beau
modèle, d’un joli rouge avec une poignée noire très travaillée ; vraiment splendide. Le fait qu’aucun de mes voisins ne fasse de même m’a quand même surpris, moi qui pensais avoir bon
goût.



Imaginons maintenant ’mon’ extincteur à Bilbao et ‘vos’ gravats dans le couloir Romain.



Ceci, dit, bon retour parmi nous.



A quand votre prochaine exposition?



Soluto 17/08/2011 12:08



> Cher Klaudandreson, sans être idolâtre, je ne rechigne pas à flâner parmi les atrocités baroques... Ni d'ailleurs parmi les extincteurs... Ces
derniers, dans la salle ci-dessus citée, n'auraient pas eu grand chose à éteindre! En tout cas pas la flamme de ma passion...


Pour ce qui est des expos je vous redirai ça. Une expo collective, avec certains de mes dessins, en décembre, avec des prix très attractifs... Une autre, personnelle
en avril ou mai 2012... Plus deux ou trois petites choses ici ou là qui ne sont pas encore calées... Au plaisir et à bientôt...



Ginette Poullet 14/08/2011 11:19



Merci pour cette belle analyse que je partage



Soluto 17/08/2011 12:00



> Bienvenu Ginette,


Rares sont ceux et celles qui sautent de Facebook et le quitte le temps d'un commentaire sur les blogs... Je vous en remercie...


C'est une analyse assez partagée mais malgré des propos critiques, fondés, argumentés la situation semble ne pas pouvoir ou devoir changer. Et c'est ce qui m'étonne
le plus...


à tout bientôt...



pierre vasse 13/08/2011 17:26



passagères aigreurs…quel merveilleux raccourci qui illustre bien vos propos!!!



Soluto 17/08/2011 11:56



> Pierre, mes aigreurs se calment... Ce genre d'artistes n'est pas le tout de l'art contemporain, loin s'en faut, et ce n'est pas parce qu'ils
occupent des places de choix qu'ils occultent le foisement des créateurs authentiques... Ces derniers sont de nature à me réconforter! Merci de vos passages réguliers... Au plaisir...