Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le Havre - Normandie - France

06 87 39 89 03


solutoblog@free.fr

Recherche


 

 

 

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

Glaces sans tain disponible ici

 

Le Dilettante

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

 

  Vies à la ligne disponible ici 

 

19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 16:19







 

 

 




Soluto glace sans tain eclat de nuits case ecriture peinture dessin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai surtout compris que je ne vous laisserais pas filer sans tenter d’échanger quelques mots avec vous. Je voulais connaître le son de votre voix…

Je suis un pleutre. Ma gorge se serre vite, je tremble souvent, parfois je crains que mes jambes ne se dérobent. Mais je sais aussi qu’il faut être courageux quand la situation l’exige, que les plats ne repassent pas, qu’on peut se dessécher à force de regrets. Avec l’énergie du timide acculé j’ai marché vers vous. Vous me tourniez le dos. Je cherchais une phrase à vous dire, mille compliments naissaient et mouraient de ridicule dans ma tête échauffée. A mesure que je me rapprochais de vous je perdais mes moyens. C’est dans ce contexte que ce fichu chariot m’a échappé, qu’il est venu vous heurter… Quel bel acte manqué. Pardonnez-moi encore… Pour ne pas vous perdre trop vite j’ai inventé n’importe quoi… Une tâche, une ombre, un trou dans votre manteau… Il a fallu que ce gros bonhomme infâme se mêle de notre histoire au moment où je retrouvais un soupçon d’aisance pour tout fiche en l’air ! Mais peut-être suis-je injuste… Peut-être même devrais-je le remercier. Sans lui je ne serais peut-être pas là à vous raconter ces histoires qui doivent vous faire bien rire…

— Je ne ris pas ! dit-elle plus vivement qu’elle ne le voulait.

J’ai fait celui qui n’avait pas entendu et j’ai continué. Je tenais bien mon public, il fallait en profiter.

— Voilà, vous savez tout. Enfin, presque tout… Le reste n’est pas dicible. C’est un mélange de joie et d’inquiétude. La joie d’être arrivé jusqu’à vous, d’avoir su vous confier ces quelques émotions avec lesquelles il va falloir maintenant que vous vous débrouilliez. Je ne me fais pas de soucis : les femmes savent très bien ranger tout ça sous leur mouchoir. Mais aussi d’inquiétude, donc… Car je vais prendre mon taxi, rentrer boire mon champagne seul et vous perdre pour toujours…

 

 

 

 

Extrait de Glaces sans tain  Ed. Le Dilettante

 

 

 

Tous les renseignements sur mon livre sont ici: http://www.ledilettante.com/livre-9782842637675.htm

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Soluto - dans Textes divers...
commenter cet article

commentaires

Celestine 30/06/2013 13:45


Je me sens beaucoup d'affinité avec le personnage en haut à droite...


Et le texte est d'une beauté! vous écrivez aussi bien que ce que vous dessinez, si vous me permettez ce compliment. 


Nuage, je suis d''accord avec vous, cette phrase est importante: le son de la voix est primordial pour se faire une idée plus juste de quelqu'un.

Soluto 01/07/2013 08:34



> Chère Célestine, merci de ces mots bienveillants. Je viens d'aller faire un (grand) tour sur votre blog et j'en aime la douceur et l'élan. Vos
moussaillons ont de la chance... Le Louvre, c'est la haute mer! J'espère que la beauté classique en aura éclaboussé quelques-uns... A vous lire je ne doute pas que vous soyez la capitaine qu'il
leur faut... Bien à vous...



Nuageneuf 23/06/2013 10:40


 


"Je voulais connaître le son de votre voix" Que voilà des mots qui me semblent familiers ! Mais ceci est une autre histoire.


 


Amitiés fidèles, ami Soluto !


 


 

Soluto 24/06/2013 01:08



> Peut-être raconterez-vous un jour cette "autre histoire" sur les pages de votre blog... Au plaisir Nuage...



Lolo 20/06/2013 08:15


Très joli passage ...

Soluto 24/06/2013 01:06



> Grand merci de ces trois mots... A très bientôt Laurence...



Nathalie 19/06/2013 21:45


Et ce n'est pas Solal mais Soluto !

Soluto 24/06/2013 01:05



> Pourquoi faut-il, pourquoi faudrait-il, qu'elles préfèrent toujours les gorilles?...



Nathalie 19/06/2013 21:41


Très judicieusement choisi ce passage . Seuls les "initiés" ne seront pas dupes.


Non, ce n'est pas Belle du Seigneur !


Une vraie jubilation de lecture.

Soluto 24/06/2013 01:03



>  Chère Nathalie, ne brûlez pas mes effets! Je vous le concède pourtant; cette tirade enjôleuse a pour finalité d'approcher et de séduire
la délicieuse Murielle... Mais êtes-vous si sûre de la duplicité de mon personnage? N'est-il pas trop facile de l'habiller de noir? Sa victime n'est-elle pas déjà complice du désir qui bientôt la
tenaillera? Allez savoir...