Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le Havre - Normandie - France

06 87 39 89 03


solutoblog@free.fr

Recherche


 

 

 

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

Glaces sans tain disponible ici

 

Le Dilettante

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

 

  Vies à la ligne disponible ici 

 

18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 00:26

 





















 



















































Elle veut qu’on l’appelle Gaby. Et pour briser la glace, avec les inconnus, elle dit qu’elle est bien plus belle que Mauricette. Cette plaisanterie, qui me fait hurler de rire depuis que je la connais, fait toujours craindre un début d’Alzheimer aux imbéciles qui la voudrait déjà blette. Je la soupçonne, cette joueuse, de savourer le début d’inquiétude qu’elle installe…

Elle est née au milieu de la première moitié de l’autre siècle. Quand l’été revient elle met son bob, ses robes à fleurs et ses espadrilles. Elle parchemine au soleil sur la méridienne en fer dix fois repeinte de son jardin fleuri. Elle n’y voit plus très clair et elle ne peut plus lire, sauf les bouquins en gros caractères que je lui ramène quand j’y pense. Elle écoute la radio à longueur de journée, toujours les ondes courtes, et elle en sait plus long que toi sur les conflits africains. Gaby n’est jamais triste et fredonne des chansons. Celles d’avant bien sûr, mais aussi des couplets de Maurane, de Camille ou de Fersen (Fersen, c’est moi qui le lui ai amené !)

Il n’y a pas si longtemps elle faisait encore sonner le trois-quarts queue du salon.

Elle n’a acquis ni la sagesse, ni la résignation. Qu’est-ce que ça l’emmerde de vieillir ! Elle le dit à tout bout de champ… Ce qui lui manque, ce n’est pas la vie d’hier, qu’elle a pourtant su se faire bien douce… Non… C’est plutôt de ne pas pouvoir mener tambour battant celle de maintenant. Sa Dauphine bleue rouille dans le garage.

Elle a été mariée. Ça n’a pas l’air d’avoir laissé des souvenirs impérissables. Elle précise cependant qu’elle a beaucoup aimé les hommes, et qu’il ne fallait pas lui en promettre ! Dans de vieux albums photos en maroquin, qu’elle ne montre pas à tout le monde, on la voit en maillot dans des concours de beauté et d’élégance à Deauville. Sur d’autres elle est avec Pierre Fresnay ou Tino Rossi du côté de Cabourg. Ah, les bonhommes, elle en avait compris le mode d’emploi (pas très compliqué) et, selon sa triviale expression, « s’il y avait eu les moyens de maintenant elle n’aurait pas eu souvent le temps de refroidir »… Elle dit ça d’un trait, les oreilles dressées. La taquine guette ma réaction les lèvres entrouvertes, son petit bout de langue rose et desséché pointé en avant comme une tête de tortue timide qui sort de sa carapace… Elle se gondole en silence… Elle sait me faire son coup de charme. « Moi, dit-elle, je suis comme Victor Hugo, ces affaires-là me tiendront jusqu’au bout ! » Et hop ! Clin d’œil appuyé…

 

Un jour qu’on était assis côte à côte et qu’on goûtait le silence dans la verdure, elle est allée chercher lentement ma main. Elle l’a portée à sa bouche, l’a embrassée puis la mise sur son ventre. On est resté comme ça, joyeux, dans le temps ralenti. C’était très doux. Mais ensuite ça s’est corsé. Elle a guidé mes doigts jusqu’à son sein droit (le gauche est parti depuis longtemps avec un mauvais cancer de passage) et elle a tourné vers moi ses yeux blancs. Je n’ai pas su quoi dire, ni que faire. Les mots m’ont manqué. Je me suis dégagé maladroitement…

Pourtant bon sang, l’occasion était belle. J’aurais dû lui dire qu’elle était belle, puisque c’était vrai, et j’aurais dû aussi lui faire un long baiser mouillé derrière l’oreille, dans ses cheveux blancs et fins, en lui grattant le genou comme on fait aux jeunes filles quand on a quatorze ans. Ça ne m’aurait pas dégoûté. Ça m’aurait plu. Hélas je manque d’à propos. Et non seulement je ne suis pas sur le chemin de la sagesse, dont je veux bien faire le deuil, mais je crains de n’être pas non plus sur celui de la déraison, malgré son bon exemple.

Ça, quand j’y pense trop fort, ça me donne envie de pleurer…

 

 

 

 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Soluto - dans Textes divers...
commenter cet article

commentaires

Cécile 07/07/2010 11:58



cigareTTE avec deux T comme tartignole de l'orthographe.



Cécile 07/07/2010 11:57



Soluto, voici Pierre fresnay à la cigarete :


http://www.bernard-luc.com/cinema/gic/vph-fresnayvoinq-gic.jpg



Depluloin 04/07/2010 18:30



Quel superbe texte en effet!! (On ne parle que de vous ailleurs.) Je ne vous savais pas écrivain, ces portraits sont déjà si causants! (Plus rien ne marche avec certains blogs d'overblog, c'est à
n'y rien comprendre! Plus d'alertes, de newsletter, ça n'est pas une bonne raison certes!;)


 



Soluto 24/06/2010 23:06



> Ah Yal... Mais c'est qu'il est formidable l'ami Klaudandreson (j'en rajoute pas si je vous dis en catimini que je m'en
doutais...) s'il vous a offert Vies à la ligne(toujours en vente dans les
bonnes librairies et aux Rêveurs...) Et je suis ravi que ça vous ait plu... Pour la suite on verra... Il y a un truc dans les tuyaux mais pour l'instant motus... Merci de votre passage, cher
Yal et merci à vous Klaudandreson de faire de beaux cadeaux à vos amis... 





> François... chaque chose en son temps... le crayon pour l'instant ne me sert qu'à faire des crayonnés préparatoires. Il n'est pas pensé pour
lui-même... mais ça viendra... forcément... Alors je les posterai... Bien à vous...





> Que voulez-vous dire Cécile? Que voulez-vous savoir? Si je suis l'auteur de ces dessins et de ces textes? ou si ces histoires me sont
véritablement arrivées? Soyez certaine que toutes ces aventures sont bien réelles et ont été intensivement vécues. Au moins pendant le temps de l'écriture... Et qu'elles ne s'appuient pas sur
rien, ni ne viennent de nulle part... Ainsi j'ai eu dans les mains ces fameuses photos de Pierre Fresnay et de Tino Rossi... Oui, oui, oui... Et sur ces photos, qui n'ont sans doute pas été
prises par des professionnels, ni l'un, ni l'autre n'avait d'allure... D'ailleurs si elle ne m'avait pas dit que c'était eux, je ne les aurais sans doute pas reconnus...


Elle est magnifique cette photo... Et je me prends à regretter le noir et blanc... Les éclairages sophistiqués et surpuissants que la technique moderne permet
d'éviter...


Et celle avec le col roulé et la cousue? Je ne l'ai pas trouvée sur Internet... (J'ai revu récemment "Les vieux de la vieille" et ça, franchement, ça fait
pitié...)





> Ah là là, Magali... Merci... J'aime ces enthousiasmes... A tout bientôt sur vos pages, que je visite sans jamais me lasser...





> Merci Flora de vos commentaires, de votre constance et de votre fidélité...(j'ai pensé à vous cet après-midi car je suis allé dans ma librairie
préférée et j'ai pris, pour le feuilleter, un recueil de Guillevic... Nulle part il n'était fait allusion à ses traductions. Et je n'arrive pas à savoir si un bouquin les
regroupant existe...) A très bientôt, sur vos pages, que je fréquente avec toujours le même plaisir (surtout quand il y a des poèmes traduits, de la qualité de ceux que vous nous présentez...) Au
plaisir...



flora 24/06/2010 16:22



C'est un texte étonnant, cher Soluto qui implique le narrateur plus que d'habitude : il devient personnage et non seulement témoin... Belle personne que Gaby qui n'a jamais perdu son appétit de
vivre! Et le dessin, cela va sans dire, est superbe!