Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Le Havre - Normandie - France

06 87 39 89 03


solutoblog@free.fr

Recherche


 

 

 

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

Glaces sans tain disponible ici

 

Le Dilettante

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

 

  Vies à la ligne disponible ici 

 

27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 14:02
















  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"On l’a vu refaire des farces à maman, lui acheter des fleurs coupées ou des fruits rares, la prendre dans ses bras pour la faire tourner très vite. Plus souvent qu’avant Suzanne et moi nous sommes retrouvé chez Rita…Ils se payaient des petites sorties en tête à tête, cinoche et restau, ou bien spectacle. Le soir il prenait le temps de s’asseoir au bord de notre lit et nous racontait des histoires fantaisistes pour nous faire rigoler. Un jour que nous étions à l’école il a changé tous les meubles de place…"

 


 

Quelques lignes retrouvées dans un carnet pour un texte dont j'avais sans doute le projet, mais dont j'ai perdu le souvenir, pour accompagner le dessin  d'aujourd'hui fait à partir d'une photo de mes parents en 1977...

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

F
<br /> <br /> Il faudra peut-être reprendre le texte et le crayon, cher Soluto...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> <br /> > A vos ordres Flora... On y pense, on y pense... D'autant que j'ai retrouvé le début de l'histoire... On verra bien... Merci de votre<br /> passage...<br /> <br /> <br /> <br />
J
<br /> <br /> J'aime bien que les personnages sortent du cadre, du crayon à l'encre et continuent de vivre leur propre vie.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> <br /> > Ah, merci Josée... C'est une page qui a échappé à la corbeille... Ravi que ce crayon, réhaussé feutre, vous plaise...<br /> <br /> <br /> <br />
H
<br /> <br /> Puis un jour que nous étions à l'école, il s'est barré, et on ne l'a jamais revu...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> <br /> > Ah non... Là vous vous gourez Hub... Ce daron-là il est toujours revenu... Des fois bien chargé. La porte, souvent, était plus assez large...<br /> Il avait la main lourde et la casquette de traviole. Valait mieux pas moufter quand il collait les morpions devant la télé et qu'il emmenait sa grosse à l'étage pour la bousculer un peu... Mais,<br /> bon, l'envers du décor, ce sera pour une autre fois...<br /> <br /> <br /> <br />