Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le Havre - Normandie - France

06 87 39 89 03


solutoblog@free.fr

Recherche


 

 

 

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

Glaces sans tain disponible ici

 

Le Dilettante

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

 

  Vies à la ligne disponible ici 

 

13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 00:37







 

 

 




dessin soluto croquis portrait crayon ecriture peinture

 

 

 

Encre de chine et couleurs numériques, 15 cm x 21 cm

 

...

 

 

 

 

A privatif

 

 

Les jambes, tous les prophesseurs de fysique le savent bien
C'est le première chose qu'on écarte
Quant aux bras, des femmes très distinguées
S'en passent (depuis fort longtemps)
Et, ma foi, elles ont raison.

D'un point de vue économique et social
Ça élimine les bracelets, les bagues
Les tatouages sur le biceps
Les bas nylon et les robes nioulouque.

Et l'on devrait rendre obligatoire
Par arrêté municipal
L'usage de la femme-tronc pour les pauvres.

 

 

 

Boris Vian, Barnum's Digest, 1948.

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Soluto - dans soluto
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 15/11/2013 08:24


Ami Soluto,


 


Même si on ne peut se souvenir de tout —et c'est heureux—je suis surpris d'avoir totalement occulté ce poème de B.Vian que je suis heureux de découvrir par votre entremise. Votre travail
d'illustration est effrayant à souhait! 

Soluto 19/11/2013 00:15







> Je n'illustre pas à proprement parler des textes. Disons plus simplement que lorsqu'un dessin me plait je cherche à lui associer un poème aimé... Cette encre de
chine est entrée en écho avec ces vers de Vian. J'ai acheté Les Cantilènes en gelée au lycée... Barnum Digest était compris dans le recueil. J'ai tout de suite aimé cette écriture ludique,
incisive, sexuelle. Mais j'avais bien sûr oublié dans son détail ce poème quand j’ai voulu rédiger ce post… — Un jour que je voudrai vous apitoyer je vous raconterai comment j’ai perdu tous
(tous !) mes livres de jeunesse et d’adolescence dans une inondation, tous ceux que je promettais à mes enfants… Et des centaines de dessins, ce
dont je me suis finalement mieux remis… Mes Cantilènes avaient pris l’eau. Me restait la femme-tronc… Merveilleux Google ! Il me l’a restituée en trois clics ! Ô joie… Puis le temps a
passé et je n’ai jamais retrouvé les émotions nichées dans les Cantilènes. J’ai snobé Vian (et sans regret…) J’étais passé à Queneau et mon amour pour cet auteur, par contre, ne s’est jamais
démenti… Ouh là… Voici que moi aussi je dérive au fil de l’eau… A tout bientôt, Nuage…