Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le Havre - Normandie - France

06 87 39 89 03


solutoblog@free.fr

Recherche


 

 

 

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

Glaces sans tain disponible ici

 

Le Dilettante

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

 

  Vies à la ligne disponible ici 

 

16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 17:42






Près du Boulevard des Fleurs...

Partager cet article

Repost 0
Published by Soluto - dans Lavis...
commenter cet article

commentaires

sylvie 19/03/2007 08:46

oui oui en effet, il parle beaucoup (trop) de sa maman, enfin des photos de sa maman à la fin de la chambre claire....d'ailleurs on peut lire au dos du livre la phrase suivante tirée de "pratique de la voie tibaitaine":
"Marpa fut très remué lorsque son fils fut tué , et l'un de ses disciples dit: "vous nous disiez toujours que tout est illusion. Qu'en est-il de la mort de votre fils, n'est-ce pas une illusion?" Et Marpa répondit: "certes, mais la mort de mon fils est une super-illusion"

soluto 18/03/2007 22:09

>Ah, sacré Roland... C'était pas un rigolo celui-là... Mais à la fin il causait trop de sa mère... Elle est morte pendant qu'il écrivait la chambre claire... Du moins c'est ce que me racontent mes souvenirs... Prudence, je ne suis pas toujours très fiable... Et sinon vous savez quoi? Ben moi aussi je suis d'accord...

chambrun 18/03/2007 16:12

Nous sommes bien d'accord !

sylvie 18/03/2007 10:40

et un peu de Barthes pour finir..."la chambre claire", 1979. Il y a à prendre et à laisser dans cette "bible" qui a tout de même 30 ans, mais encore quelques phrases sacrément bien gaulées qui sont toujours bonnes à prendre, pour jouer un peu !
"La Photographie est une évidence poussée, chargée, comme si elle caricaturait , non la figure de ce qu'elle représente (c'est tout le contraire), mais son existence même. L'image, dit la phénoménologie, est un néant d'objet. Or, dans la Photographie, ce que je pose n'est pas seulement l'absence de l'objet; c'est aussi d'un même mouvement, à égalité, que cet objet a bien existé et qu'il a été là où je le vois. C'est ici qu'est la folie; car jusqu'à ce jour, aucune représentation ne pouvait m'assurer du pasé de la chose, sinon par des relais; mais avec la Photographie, ma certitude est immédiate: personne au monde ne peut me tromper. La photographie devient alors pour moi un medium bizarre, une nouvelle forme d'hallucination: fausse au niveau de la perception, vraie au niveau du temps: une hallucination tempérée, en quelque sorte, modeste, partagée (d'un côté "ce n'est pas là", de l'autre "mais cela a bien été"): image folle, frottée au réel."

sylvie 18/03/2007 10:28

Pour répondre à Chambrun....
Mais nous sommes bien d'accord ! Je disais juste que si j'avais été dans cette rue, j'aurais aimé cadrer ainsi. Mais la photographie n'est pas non plus une extraction de la réalité. Le simple fait de cadrer de telle ou telle façon, de prendre telle perspective, est  bien un choix qui donne à voir (comme disait Eluard) le Monde. Le slogan publicitaire Kodak je crois disait "voleur d'images"..mais la photo ne vole rien, n'extrait pas un bloc de réalité, elle donne au contraire à voir au travers de ma sensiblité et mieux de ma comprehension. Le boitier numérique, l'oeill mécanique donne aussi à voir d'une autre façon. Ce n'est pas mieux ou moins bien que le coup de crayon, c'est autre. Même l'hyperéalisme est une interprétation. Et d'ailleurs qu'est que la réalité ? Peut-être juste un mot pour se mettre tous un peu d'accord sur cet ensemble infini de regards posés. Dès que je regarde, dès que j'écris, je prends un point de vue et je plie la réalité à mon usage. Et bien sûr, un bon tableau pour moi n'est pas un tableau qui ressemble à une photo.
Mon commentaire va au delà du votre, je ne vous fait pas dire ce que vous ne dites pas hein, je me sens juste loquace avec mon thé matinal.