Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Le Havre - Normandie - France

06 87 39 89 03


solutoblog@free.fr

Recherche


 

 

 

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

Glaces sans tain disponible ici

 

Le Dilettante

 

 

Soluto Villa Perrotte soiree accrochage exposition carpe diem peinture dessin

 

 

  Vies à la ligne disponible ici 

 

10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 10:04







C’est fini maintenant, je veux qu’on me foute la paix. Cette journaliste, je ne veux plus la voir. C’est si loin cette affaire. Ça ne finira donc jamais ? A l’époque j’ai déjà tout dit au tribunal. J’étais juste payé pour emmener les enfants. J’allais les chercher à la pension Desvalleux et je les déposais chez le directeur. Je m’en souviens à peine de ces gamins-là. Sauf la petite, elle, je m’en rappelle un peu. Elle était drôlette. Elle ne parlait pas. Les deux gars n’étaient pas bien malins non plus. Je ne sais pas ce qu’ils allaient y faire chez le directeur. Je ne voulais pas le savoir. Ça ne me regardait pas. À l’époque j’avais les miens à nourrir, d’enfants. C’était juste après la guerre. Fallait se débrouiller et c’était bien payé. La journaliste, avec son sourire et ses photos, elle a beau jeu de venir m’emmerder. Je ne veux plus la voir. J’ai quatre-vingt-douze ans,  ici les infirmières sont gentilles avec moi. Tout est oublié maintenant. Faut pas que ça recommence. Moi aussi je vais crever. De toute façon ça les fera pas revenir les gamins. Faut qu’on me laisse. Qu’elle remballe son matériel et qu’elle retourne dans son journal… Je ne veux plus la voir… Qu’elle me fiche la paix… Pour le peu qu’il me reste…



Partager cet article
Repost0

commentaires

sylvie 11/02/2007 16:12

c'est exactement ce qu'il fallait faire . Ne rien dire d'eux.